Sélectionner la page

Colmatons la brèche fiscale et sauvons les médias locaux

Les géants américains tels que Google, Facebook, YouTube et compagnie sont en train de saigner à blanc l’économie des médias canadiens, mettant en péril l’avenir même de nos stations locales de télé, de radio et de nos journaux locaux, nuisant même à Radio-Canada.

Cette situation découle d’une brèche dans le régime fiscal canadien.

Veuillez envoyer un message au Premier ministre pour lui demander de colmater cette brèche. Un message adressé à Justin Trudeau est affiché ci-dessous. 

Vous pouvez ajouter vos commentaires personnels en utilisant la case fournie à cet effet. Veuillez remplir tous les champs et cliquer le bouton « Envoyer mon message! »


 

Right Hon.
Rt. Hon. Justin
Trudeau, PC, MP
Prime Minister of Canada
Très hon. Justin Trudeau, C.P., Député

Message :

Cher ​Premier ministre,

La plupart des Canadiens et des Canadiennes ont à cœur les médias locaux de grande qualité. Il est fondamental d’avoir accès aux nouvelles de ma communauté et de mon pays d’un point de vue canadien.

Je vous écris pour vous demander de supprimer une échappatoire fiscale afin d’encourager les annonceurs canadiens à dépenser leur argent au Canada.

Vous pouvez tout lire à ce sujet ici.

L’idée est simple : traiter toutes les publicités placées dans les médias étrangers de la même manière en ce qui a trait aux déductions fiscales pour les dépenses d’affaire. Présentement, la situation n’est pas équitable. Les annonceurs ont le droit de déduire le coût de leurs publicités placées sur des plateformes web étrangères, mais pas si ces annonces sont placées dans les médias étrangers de presse papier ou de télévision. Cette échappatoire favorise le glissement de cinq milliards de dollars en dépenses publicitaires vers l’étranger, mais surtout vers des compagnies américaines. Résultat : les médias canadiens sont au bord du gouffre.

Elle est aussi simple à implanter. Selon une étude d’experts commandée par les AMIS de la radiodiffusion, il n’est pas nécessaire de changer la loi pour concrétiser cette mesure. Il suffirait de demander à l’ARC de réviser une décision prise il y a 21 ans. En 1996, l’ARC a statué qu’un site web n’était pas un journal ou de la télévision. C’était peut-être vrai à l’époque, mais, à la lumière de ce que la technologie permet aujourd’hui, cette décision est obsolète.

Colmater cette brèche permettra de collecter plus d’un milliard de dollars en nouveaux revenus gouvernementaux tout en réacheminant jusqu’à 500 millions de dollars en revenus publicitaires vers les entreprises médiatiques canadiennes qui sont à sec – de l’argent qui, en ce moment, quitte le pays. Tous les médias canadiens en bénéficieront.

Comme vous le savez, l’avenir des médias locaux – et du journalisme – sont essentiels au statut de pays démocratique et indépendant du Canada. Notre message, c’est nos médias!

J’ai l’intime conviction qu’il s’agit d’une bonne idée. Veuillez m’indiquer si vous êtes du même avis.

c.c. : Député(e); Mélanie Joly, ministre du Patrimoine canadien; Bill Morneau, ministre des Finances; membres du Comité permanent du Patrimoine canadien​

Signé :

Veuillez inscrire les remarques personnelles que vous aimeriez ajouter à la fin du message modèle.​

Rejoindre notre réseau en ligne pour recevoir à l’occasion des nouvelles, des alertes d’actions et d’occasions de soutenir les AMIS. (Vous pouvez vous désabonner en tout temps.)​

FOCBLogo-whiteleaves

Le groupe les AMIS de la radiodiffusion canadienne est un chien de garde pour la programmation canadienne et n’est affilié avec aucun radiodiffuseur ni aucun parti politique.

CP 200/238 131 rue Bloor Ouest, Toronto, ON, M5S 1R8

A notre sujet | Contactez-nous | Politique de confidentialité